Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Pil 'o' Poil
  • Pil 'o' Poil
  • : Centre d'éducation, comportement et sports & loisirs canins situé à Niort en Deux-Sèvres (79). Vous trouverez ici toute l'actualité concernant le centre Pil'o'Poil ainsi que des articles et vidéos ! N'hésitez pas à vous inscrire à la newletter, vous permettant d'être informé en temps réel des sujets postés sur le blog.
  • Contact

Contacts

Site internet : www.pilopoil.fr

Courriel : contact@pilopoil.fr

Rechercher

2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 21:02

" Le collier électrique, à piques, étrangleur… Ou le harnais ? Voici quelques études scientifiques qui vous mettront sur la (bonne) voie… "

 

 A lire sur le site adcanes.fr toujours ! Cliquez ici

Repost 0
Published by pilopoil - dans Education Canine
commenter cet article
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 13:00

Que se passe t'il pour mon chien quand je l'éduque avec : 

2_collieretrangleuroutorcatus.jpg

Tout est dit. Pas de ça chez Pil'O'Poil.



2_collierplat.jpg

Je n'ai absolument rien contre les colliers plats, bien au contraire. Mais pour l'apprentissage de la marche en laisse notamment, avec un chien qui tire, tire, tire... Il peut tout de même faire des dégâts. De plus, les "mauvais réflexes" ont la vie dure et la tenue au collier peut engendrer chez l'humain ce réflexe de saccade même s'il est involontaire à la base (tu me tires, je te tires et te ramènes). Pour la vie de tous les jours et autres apprentissages, il convient parfaitement. Pour l'apprentissage de la marche en laisse sur chiens qui tractent déjà, attention donc.


avecharnais_2.jpg

Attention aux harnais en V sur les chiens en croissance. Je n'ai pas de données scientifiques et aucune assurance quant aux dires qui m'ont été rapportés (je vais me pencher sur le sujet), mais cela pourrait avoir un impact sur la croissance du chien et plus précisément sur ses antérieurs et épaules s'il est trop souvent/longtemps en traction.

 

Souces images anatomiques : www.infovisual.info - Autres images : Google image.

 

Repost 0
Published by pilopoil - dans Education Canine
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 12:45

Parce qu’il y a un malentendu général tant dans l’esprit de certains propriétaires de chiens que chez certains  professionnels canins…

 

En éducation positive, il y a des règles de vie, un cadre, une structure, qui correspondent à ce que la vie en société nous impose, mais aussi à chaque famille et individu. Ces règles ne sont pas basées sur le pouvoir et la violence (ni sur la coercition, la menace physique ou verbale, explicite ou implicite), mais sur l'enseignement et la pédagogie.


Il faut arrêter de penser que parce que nous ne punissons pas physiquement, les chiens sont les rois et ont le droit de tout faire. Ce serait absolument invivable et complètement anarchique. Chacun a ses règles de vie, qu’elles semblent minimes ou au contraire trop présentes, elles sont là et elles font, une fois inculquées, que la vie avec l’autre (ici le chien) devient harmonieuse.

 

Le chien se construit avec ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, des règles précises et constantes permettent cette construction équilibrée et la gestion de la frustration.


Les personnes travaillant en méthodes positives ne vivent pas dans un monde de bisounours ! Par contre, elles se sont créés un monde où elles utilisent leur cerveau d’avantage que leur force, elles vivent dans un monde où elles réfléchissent aux causes d’un comportement et aux façons de faire comprendre au chien que l’on attend autre chose de lui, elles vivent dans un monde où elles considèrent que le chien est un être vivant pourvu d’intelligence et ressentant des émotions.

 

En méthodes positives, nous apprenons au chien qu’un comportement est indésirable (ex : saut au moment de la gamelle) en lui faisant prendre conscience qu’il est gagnant en adoptant un autre comportement (ex : Don de la gamelle uniquement quand les 4 pattes sont au sol).

 

Nous n’exigeons pas des résultats immédiats (bien que le chien comprenne vite où est son intérêt et délaisse rapidement les comportements non récompensés), nous laissons le temps au chien de réfléchir et d’analyser une situation.

 

N’oublions pas que le chien ne fait les choses que parce qu’il y trouve son compte, son intérêt.

 

 

Revient souvent la question « C’est bien joli, mais en face d’un chien agressif vous faites quoi ?.. »


Je commencerai par demander ce que l’on entend par agressif… Agressif congénère ? Agressif avec les humains ? Qu’est-ce que l’agression ? Est-ce un grognement ? Est-ce une morsure ? Sont-ce des aboiements continuels en présence de certains protagonistes ? Autre chose ?

 

Il n’y a pas de chiens à proprement parlé agressifs, il y a par contre des chiens qui ont des comportements agressifs : un comportement étant une réponse à une situation.


Ex : quand je tue une araignée parce que j’en ai peur (le peur est la cause et ma réponse comportementale est la mise à mort de l’araignée), ce n’est pas pour autant que je suis une personne agressive, j’ai juste eu à un moment précis et sur une durée précise un comportement agressif.


 La nuance est grande !

 

Selon les situations déclenchant ce qu’on estime être de l’agressivité, il faut d’abord se poser la question du Pourquoi ? Qu’est-ce qui fait que ?

Pourquoi ce chien se jette sur tous les autres chiens quels qu’ils soient ?

Qu’est-ce qui fait que cet autre chien grogne après les humains quels qu’ils soient ?

Pourquoi, qu’est-ce qui fait que ?

 

Il ne faut pas confondre l’expression / le symptôme, avec la cause.

Le comportement agressif n’est pas la cause, il est l’expression de quelque chose.


Plusieurs raisons sont évidemment possibles, rendant impossible une réponse magique et toute faite, d’autant que chaque individu Chien est différent, que chaque individu Homme est différent et que chaque duo Homme/Chien est différent. C’est parce que tous sont différents que chaque cas est unique. De plus, le contexte et la situation sont également uniques à ce moment.

 

Un chien qui se jette sur les autres chiens peut être un chien qui en a peur, parce que mal socialisé ou à cause d’une expérience traumatisante. Cela peut être dû à une mauvaise association, parce que le propriétaire donne une saccade sur le collier du chien quand celui-ci veut aller vers d’autres chiens en promenade (autre chien égal alors inconfort, gêne, voire douleur : Il y a  association négative du coup de collier lors du visuel sur un chien).

 

Cela peut être un chien qui ne communique pas bien pour X raisons. …

 

Un chien qui est jugé agressif envers les humains peut être également un chien qui en a peur ou qui a fait de mauvaises associations, mais cela peut aussi être un chien qui a prévenu de son malaise (signaux d’apaisement) et qui n’a pas été entendu ; Le dernier recours étant donc de mordre pour faire fuir « le truc » (ici l’humain) qui fait peur, car souvent il est captif soit dans l’habitat de l’homme soit captif parce qu’il est tenu en laisse et ne peut donc pas adopter la fuite comme réponse.

 

Une fois le « Pourquoi ? Qu’est-ce qui fait que ? » compris, un travail de rééducation peut être mis en place. Travaillant sur une zone de confort (zone avant laquelle le chien ne se déclenche pas), sur une association positive etc…

 


Concernant le grognement, je ne l’estime pas comme étant une agression, mais comme un avertissement. Le chien qui grogne prévient qu’une situation le dérange, le met dans l’inconfort. Le grognement, en plus de la posture du corps, est un indicateur de l’état émotionnel du chien à un moment donné. Le grognement est un message, votre chien vous parle écoutez-le !


Pourquoi punir ou empêcher un chien de grogner ? Personnellement je lui dis plutôt merci. Merci de m’avoir prévenue, pardon de ne pas avoir fait attention. Et du coup merci de ne pas avoir mordu directement,  merci de communiquer.

 

/ !\  Attention d’ailleurs ! Lorsqu’on punit ou empêche un chien de grogner, on prend le risque d’instrumentaliser la morsure, c'est-à-dire aller directement à la phase morsure/attaque sans passer par la case « prévenir »/grognement.  Cela est bien entendu très dangereux ! / !\

 

 

Certains vont bondir en disant :

 

« Oui mais alors le chien qui grogne quand on est à 10 m de lui et qu’il est en train de manger, on fait quoi, on arrête de bouger et on laisse sire chien déguster tranquillement ? »


Eh bien… Oui. Lorsqu’on a un chien qui protège allègrement, voire de manière nous semblant excessive sa gamelle, on fait en sorte de le faire manger dans un endroit où il pourra être tranquille et serein, tout en entamant un travail pour l’amener à se rendre compte et comprendre que notre présence autour de lui est bénéfique pour lui, même quand il mange (ex : don de friandises plus appétantes que la gamelle…). Il y a des exercice à mettre en place pour avoir la coopération du chien, qu’il ait confiance en nous et qu’il ne nous voit pas comme une personne qui souhaite « capturer » son trésor. La mise en place d’un travail précis dès l’arrivée du chiot à la maison peut éliminer définitivement  des problèmes ultérieurs de protection de la gamelle, d’un jouet  ou d’un os.     

 

Les professionnels travaillant en méthodes positives ne trient pas leur client sur le volet en refusant les chiens à comportements agressifs ou les chiens dits « à caractère » !  Bien au contraire !

 

Oui il est possible de récupérer un chien à comportements extrêmes, avec des méthodes positives,  le respect et sans coercition ;

Oui il est possible d’éduquer un chien qui a du caractère avec des méthodes positives,  le respect et sans coercition ;

Non, nous ne sommes pas des dangers publiques en choisissant de ne jamais punir physiquement et de ne jamais écraser psychologiquement un chien, bien au contraire ai-je envie de dire ! Nous utilisons une autre forme de punition(Appelée P- => Retirer au chien quelque chose qu’il convoite jusqu’à l’obtention d’un comportement jugé correct.)  il n’est pas question de ne JAMAIS punir !

 

L’éducation positive, avant d’être une « méthode » est une philosophie de vie, une manière différente de voir les chiens. Nous évoluons en gardant à l’esprit que, quel que soit la situation, le chien nous parle, et que comme il n’est pas doté de parole, il nous faut l’observer pour le lire. Nous partons également du principe qu’il n’existe pas de hiérarchie à proprement parler entre le chien et l’Homme : A savoir, le chien ne nous voit pas comme une famille-meute, le chien n’a pas pour but de conquérir le monde Humain. Mais l’absence de hiérarchie (terme propre à un même groupe social / une même espèce) ne veut pas dire absence de règles !


Arrêtons de le voir comme un être voulant constamment être Calife à la place du Calife ! (bien que je ne me considère pas comme le Calife de mon chien mais comme son amie...). Toutes ces vieilles croyances, aujourd’hui obsolètes,  reposent sur des études erronées menées sur des loups il y a bien longtemps. Le chien n’est pas un loup, le chien est un chien, qui plus est apprivoisé, domestiqué et côtoyant l’Homme depuis des milliers d’années.

 

 

La majeure partie des problèmes rencontrés avec la gent canine sont du fait de l’Homme.


Que ce soit les conditions d’élevage qui peuvent ne pas être bonnes, que ce soit le propriétaire qui inculque de mauvais comportements en les renforçant sans s’en rendre compte, que ce soit une personne connue ou inconnue qui un jour a fait quelque chose de douloureux physiquement ou émotionnellement au chien ou que celui-ci a mal interprété, que ce soit par l’ignorance de son mode de communication et des messages qu’il nous envoie, que ce soit également, toutes ces idées reçues sur nos compagnons qui entraînent une incompréhension et des troubles du comportement.

 

 

Travailler en méthodes positives ce n’est pas se demander « comment faire pour que mon chien cesse de… » MAIS « comment faire pour qu’il fasse ce que j’attends de lui ».


 A tout comportement « gênant » – on essaie de substituer un comportement acceptable.


Travailler en méthodes positives c’est se remettre en question systématiquement, s’informer et se former, et surtout accepter que s’il y a bug quelque part dans la relation homme/chien ou que des comportements indésirables prennent le dessus, ce n’est pas QUE de la faute du chien qu’il faut à tout prix recadrer.

 


 Ecrit par : 

Anne-Sophie Avocat de Pil ‘o’ Poil

Site : www.pilopoil.fr

pilopoil  

 

 

 

 

 


Avec l’aimable collaboration et participation de :

Véronique Valy de Au’tour du chien

  Site : www.autourduchien.fr

 banniere autourduchien

Repost 0
Published by pilopoil - dans Education Canine
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 20:09

 

Préambule : Pourquoi le chien tire ?

Différence de rythmes naturels : Le chien marche plus vite que l’humain

Renforcement et apprentissage du comportement de traction

Contradiction et confusion entre marche en laisse et marche au pied


 

 

C’est d’abord le rythme de la marche associé à la commande précise qui indique au chien s'il est en mode balade donc marche en laisse ou si il est « au pied »  d'un point A à un point B, comme lorsque l’on traverse une route. Rappelons qu’on entend par marche au pied une position très spécifique du chien par rapport à son conducteur => Epaule du chien au niveau de la jambe de la personne qui tient la laisse.



 

 Le chien doit aussi considérer le bras plié comme un signal visuel (voir photo) lui indiquant qu’il doit marcher au pied, message corporel issu de l’entrainement avec un renforçateur (jouet, friandise) que l’on supprime lorsque le comportement est acquis.

 

marche pied


Il est important d’avoir 2 commandes distinctes pour 2 exercices distincts :

- avoir une commande pour la marche au pied de A à B : le chien ne sniffe pas : il est concentré

- avoir une commande pour la marche en laisse (sans tirer) le chien « bouge avec moi » c'est un autre exercice


Dans un premier temps, il est souhaitable de commencer par apprendre au chien à respecter  l’espace donné par la laisse (laisse minimum de 2 mètres), faire des arrêts, des changements de direction, capturer son attention, aspirer le chien vers soi. Lui apprendre à bouger avec nous dans notre espace et bien sûr travailler la relation chien-maître afin de donner au chien l’envie de nous suivre et ainsi se rendre plus important, intéressant, que l’environnement.


Les laisses trop courtes (moins de 2 mètres) incitent le chien à tirer car il n’y a pas assez d’espace entre son maître et lui. Entre la longueur de son corps + la longueur d’un pas de son maître, une laisse d’1 mètre est tout de suite continuellement en tension, le chien apprend donc à s’appuyer sur le matériel et à tirer.


Le chien qui apprend à marcher en laisse avec une laisse plus longue ou une longe n’a pas l’occasion d’effectuer une traction. Par conséquent il n’apprend pas ce comportement car, là est l’ambiguïté, sans nous en rendre compte, ce sont nous personnes qui apprenons à nos chiens à tirer : En continuant d’avancer vers la direction où le chien tire, celui-ci est renforcé dans son comportement. Il fait l’association « Je tire » = « La balade continue/on arrive plus vite là où je voulais aller ».


Dans un deuxième temps on peut commencer l’apprentissage de la marche au pied quand le chien a déjà un bon suivi avec la marche en laisse.


Au départ de l’apprentissage de la marche au pied il peut être judicieux de faire l’exercice le long d’un mur, d’une clôture etc …

Des exercices de capture d’attention comme le look ou le touche peuvent être une aide pour renforcer le comportement de marche au pied.

 

Il n’est pas opportun de demander une marche au pied au chien durant une trop longue période, c’est illusoire sur une trop longue durée et très inconfortable pour le chien. La marche au pied n'est pour moi utile que pour un passage difficile (ville, marché, traverser une route etc...), en somme lorsqu’on a besoin d’avoir plus d’attention de la part du chien mais aussi plus de « contrôle » sur lui pour être plus agréable à nos concitoyens (marché, foule) ou encore en cas de forts risques de situations dangereuses et soudaines (ville, voiture qui fait un écart…)


La marche au pied en ligne droite est un exercice plus difficile qui demande beaucoup d’entrainement car les chiens enregistrent mieux par les changements de direction. Il faut donc graduellement augmenter la durée de la marche au pied en ligne droite.

 


Conclusion :

Pour quitter le mode marche au pied vers le mode marche en laisse sans tirer :

- Une commande / un signal de relâchement pour dire que c'est la balade: " va", " va faire", " tu peux sniffer" .... le chien peut sniffer et on l'attend: c'est le mode balade, il lit les « sms » canins.

 

Pour quitter le mode balade / marche en laisse sans tirer et reprendre le mode marche au pied :

- Il sniffe : on le laisse sniffer et ensuite on capture l'attention et on repart avec l’ordre choisi indiquant la marche au pied.


Le distingo est :
On est en mode « marche » 'au pied' ou en mode «  balade » / marche en laisse sans tirer

Ce n’est pas parce que votre chien ne marche pas au pied qu’il ne sait pas marcher en laisse.

 

 Co-écrit par :

     

Véronique Valy de Au’tour du Chien

Site : www.autourduchien.fr

 

banniere autourduchien


Anne Sophie Avocat de Pil ‘ O ‘ poil

Site : http://www.pilopoil.fr

 

pilopoil

 in

Repost 0
Published by pilopoil - dans Education Canine
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 19:06

Le choix de la race ou du chien a-t-il été judicieux ? Ce chien correspond il à vos choix de vie, à votre rythme, à votre vie de famille ? Ce chien répond il à vos envies, à vos attentes ?


Si vous aviez souhaité avoir un chien calme et que vous avez un chien actif, si vous aviez souhaité un chien sportif et que vous avez un chien placide, cela peut poser des soucis …. Mais maintenant le chien est là !


Trois acteurs (votre chien, vous et l'éducateur) dont UN PINCIPAL : VOUS !

 


 Situations les plus courantes expliquant le découragement 

 

Du côté du propriétaire du chien : 

 

=> Impatience/veut aller trop vite


En voulant aller trop vite et en sautant des étapes importantes, le travail effectué lors de séances précédentes peut être totalement anéanti, ainsi qu’en arrêtant en début de programme ou au bout de seulement quelques leçons.


Il est important de respecter les lois de l'apprentissage et le programme établit par l'éducateur canin, celui-ci prenant en compte la capacité du chien à passer ou non à l'étape supérieure du travail. Evitez de retirer trop tôt les renforçateurs (récompenses alimentaires, de vie ou les jouets ...) et évitez de le faire sans l’aide de l’éducateur.


Ne pas passer trop vite de la phase entrainement à la phase utilisation d’une commande ou d’un exercice. Ce n’est pas parce que l’on a compris que l’on sait, il faut BEAUCOUP de répétitions pour aller vers le succès et la réussite.


N’oubliez pas de généraliser : ce qui est appris à la maison, doit ensuite être entrainé dans le jardin, puis ensuite dans la rue, puis en cours de groupe, avec d’autres chiens, tous types de distractions etc… étapes par étapes. Ne vous découragez pas si votre chien s’assoit bien dans votre cuisine et pas encore au bord du passage pour piétons. Reprenez l’entrainement dans cette situation précise = pensez généralisation.

Un travail à la maison et dans des situations différentes est nécessaire afin que l’apprentissage se généralise.

 

 

=> Manque de travail, manque de temps, donc manque de résultats


Entre chaque séance prévue avec l’éducateur canin, il est important de continuer le travail entamé. L'éducation d'un chien se fait au quotidien et seuls les membres de sa famille sont les acteurs de ses apprentissages. Le travail hors séances est important, et seulement 5 minutes par jour peuvent être suffisantes, du moment que le programme établit par le professionnel est suivi. Entrainez-vous ! Répétez les exercices appris en cours ! Si vous ne vous entrainez pas vous n’avancerez pas et vous serez déçus …. !

 

 

=> Manque de cohérence et de linéarité / manque de concentration

 

Si vous êtes fatigué ou énervé, mieux vaut reporter la séance quotidienne de travail à plus tard. L'enseignement de nouveaux comportements demande de la patience et du calme. Plus l'humain s'énervera contre le chien, moins celui-ci sera à même de suivre les indications données et de répondre aux demandes. 


En effet, outre le fait que la relation pâtit de l'énervement de l'humain contre le chien, ce dernier risque d'être bloqué par son stress et n'est, par conséquent, plus du tout au maximum de ses capacités, tant d'apprentissage, que de réflexion et de prise d'initiative.

 

 

=> Manque de confiance en soi / « Je ne vais pas y arriver … »

 

Si vous partez défaitiste, inévitablement le trio Client, Chien et Educateur va dans le mur. Tous les membres du trio sont importants, mais la confiance en vous et en vos capacités de réussite sont indispensables. Fixez-vous des petits objectifs à atteindre lors de vos entrainements personnels et félicitez-vous des micro-progrès !

 

 

=> Contentieux latent entre le chien et sa famille

 

Nous sommes souvent, en tant que professionnels, le dernier recours de nos clients. Certains propriétaires de chien se sentent tellement dépassés, fatigués, voir trahis par cet animal qu'ils aiment malgré tout, que l'avancement est difficile. La revalorisation du chien, de la relation avec la famille et la prise de recul sont importantes ! 

 

 

=> Pas tout à fait prêt à se remettre en question ?

 

Des idées reçues sur le chien, son fonctionnement, son comportement, il en existe à la pelle, tant chez certains professionnels canins que chez les particuliers.

 

Lorsque vous, propriétaire de chien,  faites appel aux services d'un éducateur canin, c'est déjà admettre que cette fois vous n’avez pas réussis à vous en sortir seul.


L’éducateur canin va alors vous apporter son aide, vous enlevez des doutes voir des culpabilités, ensemble vous allez progresser.

 

 

=> L’éducateur : responsabiliser le propriétaire du chien, montrer peut être nécessaire

 

- Faire pour montrer oui, cela peut être nécessaire.

- Faire pour rassurer oui, cela peut être nécessaire.


MAIS


Si l’éducateur canin participe trop en direct avec le chien, rien ne se passera à la maison car la relation doit se créer entre le chien et sa famille, pas avec l’éducateur. L’éducateur est là pour vous enseigner comment enseigner à votre chien, comment améliorer, modeler et perfectionner votre relation avec votre ami à 4 pattes.

 

 

Conclusion


boutonpatte grise L'éducateur canin n'est pas un Magi-Chien. boutonpatte grise

 

Si vous ne faites pas, l’éducateur canin ne peut pas faire à votre place, c’est VOTRE chien ! Ne vous découragez pas, travaillez !

 

L'éducateur est là pour vous guider, vous aiguiller, vous conseiller afin de vous amener à une vie harmonieuse avec votre chien. Mais si vous ne vous entrainez pas vous aurez peu ou pas de résultats. Vous voulez des résultats : Impliquez-vous ! Entrainez-vous ! Allez vers le succès et la réussite !

 

C’est comme si vous désiriez apprendre à jouer d’un instrument de musique, pratiquer un nouveau sport, ou apprendre une langue étrangère : sans répétitions et entrainement en dehors des séances avec le professeur vous aurez peu ou pas de résultats !

 

Souvent nous entendons ou lisons, ce type de témoignage :

 

« Disons que l’exemple ici était frappant (dans le jardin, pas dans la rue). Tu fais avec le chien et tout va bien, je fais avec le chien et il se roule par terre parce qu’il me connaît trop bien (et qu’il m’exploite).

Les gens pensent  que tout sera réglé en quelques cours et n’imaginent pas qu’il faut des mois de patience et de travail personnel. Ils se disent que tu y arrives parce que c’est ton métier, mais qu’une fois partie, eux n’obtiendront rien, et que ça revient cher la démo. »

 

L’éducateur canin peut être amené à vous montrer, avec votre chien, ce qu'il attend comme comportement de votre part pour avoir une réponse positive de votre chien.


La démonstration sur votre chien est principalement pour vous montrer que « OUI, c'est possible », même avec VOTRE chien, que la non réussite ne dépend pas en soi du chien mais de la façon d’appréhender et de proposer l’exercice.

 

S'il vous semble que le chien réagit mieux à ce que fait et demande l'éducateur canin qu'à vous, c’est parce que l'éducateur a une connaissance du chien qui lui permet d'avoir les bons comportements, les bons gestes, les bonnes intonations. Mais il est là pour vous apprendre tout cela.

 

L'éducateur est une personne neutre pour votre chien, contrairement à vous qui partagez votre quotidien avec lui. Il lui est donc plus aisé de se faire comprendre. Il n'y a pas d'histoires, d'habitudes, voire de contentieux entre le chien et lui.

 

 

boutonpatte grise  Les clefs de la réussite pour vous, clients, 

lorsque vous venez apprendre à éduquer votre chien boutonpatte grise

 

 

 - Ne vous découragez pas et tenez bon ! Certaines situations sont parfois extrêmement difficiles à vivre. Certaines demandes de l’éducateur peuvent vous paraître insurmontables, mais tenez bon ! parlez-en. Il en va de l’avenir de votre relation avec votre chien !


- Suivez les conseils qui vous sont donnés par l’éducateur tout en n’allant pas à l'encontre de ce que vous êtes, si vous hésitez, parlez-en.


 - Acceptez tout de même une remise en question s’il y a lieu.


- Discutez, interrogez, l'éducateur qui vous suit lorsqu'une situation ou un exercice vous chiffonne. Parlez-lui de vos difficultés, demandez si vous n’avez pas compris quelque chose, l’éducateur est un professionnel, vous êtes client, l’éducateur se doit, par conséquent, de répondre à vos interrogations, doutes, souffrances.

 

C'est grâce à VOUS et au travail que vous fournirez tous les jours avec votre chien que son écoute et votre relation EVOLUERONT, S’AMELIORERONT, et que votre vie avec lui deviendra plus HARMONIEUSE.

 

Sans participation ACTIVE de votre part, n'importe quel travail proposé NE POURRA PAS fonctionner.

 

VOUS ETES L’ACTEUR DE VOTRE VIE AVEC VOTRE CHIEN.

 

L'éducateur est une AIDE, un MEDIATEUR, durant un temps donné, mais l'éducation se fait aussi dans la vie de tous les jours, elle demande de la constance et de la cohérence au quotidien.

 


Co-écrit par :

     

Véronique Valy de Au’tour du Chien

Site : www.autourduchien.fr

 

banniere autourduchien


Anne Sophie Avocat de Pil ‘ O ‘ poil

Site : http://www.pilopoil.fr

 

pilopoil

 


Repost 0
Published by pilopoil - dans Education Canine
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:36

... de Herron et al, 2009, Applied Animal Behaviour Science.


Cet article vous est présenté par Pil 'O' Poil avec l'aimable autorisation de l'auteur.

Celui-ci a été rédigé par  Charlotte Duranton, l'Ecole des Ptis Molosses. Pour accéder à son site et en savoir plus, cliquez ci-après :  www.ecole-des-ptis-molosses.fr 


" J'ai envie de vous faire partager les informations que l'on peut trouver dans cet article scientifique, car il me semble très intéressant, et les résultats qu'il met en valeur devraient être plus répandus parmi les propriétaires de chiens.
Je vous met ici les points essentiels, si vous souhaitez que je vous envoie l'article intégral, n'hésitez pas à me contacter (il est en anglais).

On cherche à voir les effets de conseils de type "tapez le chien" "grognez à votre chien" forcez le physiquement à vous donner ce qu'il a dans la gueule" “alpha roll (c'est à dire retournez le chien sur le dos) ” "tenez le par la gueule et secouez".

L'étude explique que face aux problèmes d'agressivité chez le chien, l'usage de méthodes d'éducation comme cela, basées sur la confrontation avec le chien et la violence est répandu dans le sens commun et se justifie comme étant basée sur une hypothétique dominance de la part du chien envers le maître. Alors que la communauté scientifique montre que ces problèmes de comportement sont en fait du à des problèmes d'anxiétés chez le chien et de peur, qui sont essentiels à prendre en compte pour comprendre la motivation de ces agressions et trouver une solution.

L'étude montre que :

- La fréquence la plus élevée des agressions des chiens envers leur propriétaire se trouve en réponse à des interventions aversives, qu’elles soient directes ou indirectes. Et au contraire, l’entraînement basé sur les récompenses diminue les réponses d’agression de la part des chiens.

- L’utilisation de punition aversive peut augmenter la peur et l’excitation du chien, en particulier chez ceux qui sont déjà sur le qui-vive, et apprendre au chien à mordre sans prévenir.

- Les méthodes d’éducation basées sur les récompenses sont moins stressantes et douloureuses pour le chien, et de plus, plus sécurisées pour le propriétaire.


Je peux aussi vous citer deux autres études récentes très intéressantes :

- Hibi et al, 2004 : ont montré que les chiens qui étaient entraînés avec des récompenses (renforcement positif) étaient significativement plus obéissants que des chiens entraînés avec la punition aversive.

- Blackwell et al , 2007 : ont montré que les chiens qui sont entraînés dès le départ avec uniquement des méthodes positives développent moins de troubles du comportement plus tard, alors que les chiens éduqués avec la punition aversive développent plus de comportements gênants liés à la peur et au stress.

Voilà, je pense qu'il est important que les métiers praticiens du chiens (vétérinaire, éducateurs, éleveurs...) travaillent main dans la main avec les éthologues, qui sont des spécialistes de l'étude du comportement animal, et qui montrent depuis plusieurs années les avantages et les bienfaits de l'utilisation des méthodes basées sur le renforcement positif ! 
Il faut travailler main dans la main pour faire avancer au mieux les connaissances sur nos amis les chiens, afin de mieux les comprendre ! "

Repost 0
Published by pilopoil - dans Education Canine
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 13:37

Quelques définitions pour commencer : 

 

Avant toute chose, les termes positifs et négatifs ne signifient pas que la méthode employée est négative ou positive mais signifie l'ajout ou le retrait d'un stimulus. (Ex : Punition positive = punition coercitive dans la majeur partie des cas. La coercition n'est pas quelque chose de positif, mais l'on appelle ce type de punition "positive" car on AJOUTE un stimulus/une action (qui pour le coup est désagréable voire douloureuse)).

 

R+ => Renforcement Positif

R- => Renforcement Négatif

P+ => Punition Positive

P- => Punition Négative

 

 

Renforcer (selon le dictionnaire) : Solidifier

 

Renforcement Positif (+) : Ajouter (d'où le +) un stimulus agréable lorsque le comportement adopté par le chien est le bon, ce qui va entraîner la répétition d'un comportement. 

 

Renforcement Négatif (-) : Retirer (d'où le -) un stimulus désagréable lorsque le comportement adopté par le chien est le bon, ce qui va entraîner la répétition d'un comportement.

Deux genres de renforcement négatif : 

- Par évitement : Un stimulus aversif apparaît seulement quand comportement jugé incorrect se présente. L'évitement est associé à la menace de l'apparition du stimulus aversif. (ex : Pour la marche au pied. Si vous avez  appris à votre chien que lorsqu'il tirait il recevait des saccades sur son collier et donc son cou. Votre chien marche au pied par peur que ce stimulus désagréable réapparaisse).

- Par évasion : Un stimulus aversif est appliqué jusqu'à ce que le chien adopte le comportement souhaité et disparaît lorsque c'est le cas. (ex : Pour le couché. Si vous apprenez à votre chien à se coucher en tirant la laisse vers le bas et en maintenant celle-ci tendue jusqu'à ce que le chien se couche).

 

Stimulus aversif : Stimulus désagréable/inconfortable voire douloureux pour le chien.

 

Punir (selon le dictionnaire) : Sanctionner.

 

Punition Positive (+) : Ajouter (d'où le +) un stimulus désagréable jusqu'à ce que le comportement adopté par le chien soit le bon, ce qui va entraîner la suppression d'un comportement.

 

Punition  Négative (-) : Retirer (d'où le -) un stimulus agréable jusqu'à ce que le comportement adopté par le chien soit le bon, ce qui va entraîner la suppression d'un comportement.

 

Comportement (selon le dictionnaire) : Façon de se comporter, manière d'agir.

 

 

Mais concrètement de quoi sagit-il ?

 

Les R+, R-, P+, P- sont des procédures d'apprentissage. 

Prenons comme exemple l'apprentissage du "assis"

 

Utilisation du R+ :


Leurrer le chien avec une friandise pour l'amener en position assise et le récompenser(Ajout d'un stimulus agréable)

 

ou 

 

Récompenser une prise de position assise spontanée, en donnant une friandise lorsque le chien s'asseoit de lui-même (Ajout d'un stimulus agréable).

 

Utilisation du R- :  

  

Exercer une pression sur l'arrière train du chien pour le mettre en position assise, (Ajout d'un stimulus désagréable/inconfortable)                                         

 

ou

 

Maintenir la tête du chien en arrière jusqu'à ce qu'il prenne la position assise (Ajout d'un stimulus désagréable/inconfortable).

 

 

Le chien a appris à s'asseoir mais ne répond pas à la demande.

 

 

Utilisation du P- : 


On s'en va et laisse le chien en plan (Retrait de 2 stimuli agréables : votre attention/présence et la friandise qui suit la prise de position assise).

 

Utilisation du P+ : 


Donner des saccades sur le collier du chien voire pendre le chien jusqu'à ce qu'il prenne la position assise (Ajout d'un stimulus désagréable).             

 

 

Les méthodes d'éducation dites traditionnelles sont un mélange de R- P+ voire un mélange de R-, R+ et P+.

 

Les méthodes d'éducation dites positives sont un mélange de R+ P-.

 

 

Quelques plaquettes explicatives des R+, R-, P+, P- par Lili, site Doggie Drawings (présent dans les liens) : 

 

5383389900 5175a0643c 

5498602890 b9bf164a0a

 

Traduction effectuée avec Reverso et réadaptée par moi-même.

Introduction :

En formant un animal, il y a des comportements que nous voulons renforcer (faire augmenter) et d’autres comportements que nous voulons punir (faire diminuer).

Nous pouvons ajouter quelque chose de bien ou mal (+ le positif) ou enlever/retarder quelque chose de bien ou mal (- le négatif) pour obtenir le comportement que nous voulons.

Dans cet exemple : le comportement renforcé est la Marche au pied, laisse détendue.

Le comportement punitif est TIRER SUR LA LAISSE.

 

 

Case R+ :

Le renforcement positif ajoute le bon truc (substance) pour augmenter un comportement.

Exemple : Marche au pied, laisse plus détendue ! => Continuer à marcher quand la laisse est détendue.

Case P- :

La punition négative enlève le bon truc (substance) pour diminuer un comportement.

Exemple : Ne pas tirer ! => Arrêtez de marcher, jusqu'à ce que la laisse se détende.

Case P+ : 

La punition positive ajoute un mauvais truc (substance) pour diminuer un comportement.

Exemple : Non plus de tirage ! => Donner une correction avec la laisse et gronder le chien quand il tire.

Case R- :

Le renforcement négatif retire un mauvais truc (substance) pour augmenter un comportement.

Exemple : Marche au pied, laisse plus détendue => Arrêter de tirer sur la laisse et de gronder tant que le chien a le bon comportement. S'il tire à nouveau, retirer sur la laisse et regronder jusqu'à ce qu'il arrête.

 

 

 

5434252454 88c498c288 z

Traduction effectuée avec reverso.

Colonne DO's : 

 

A FAIRE : Utilisez la récompense comme des plaisirs pour former votre chien et votre chien aimera recevoir une formation.

A FAIRE : Utilisez un équipement confortable et amical du chien, pour que le chien soit détendu et heureux.

A FAIRE : Ayez pour votre travail avec le chien des ressources de fortes valeurs, des promenades et des jouets,  votre chien compte sur vous pour des conseils.

A FAIRE : Construisez votre relation sur la coopération, basée la sur le respect mutuel et la communication et votre chien et vous aimerez rester ensemble.

 

 

Colonne DON'T's : 

 

N'employez pas la force ou la punition en travaillant avec votre chien ou votre chien ne pensera pas que recevoir une formation est amusant et aura peur de vous.

N'utilisez pas d'équipement aversif comme des colliers étrangleurs, des colliers à dents (torcatus, collier à pics)  ou des colliers électriques ou la formation sera douloureuse et effrayante pour votre chien.

N'utilisez pas de méthodes conflictuelles qui peuvent effrayer votre chien ou pire, conduire votre chien à une réponse agressive.

N'utilisez pas de méthodes ou d'équipement inconfortable, douloureux, puissant, effrayant ou intimidant pour votre chien.


La formation en renforcement positif est tellement plus amusant tant pour le chien que pour le propriétaire !

 

Repost 0
Published by pilopoil - dans Education Canine
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 22:10

http://boogiebt.files.wordpress.com/2011/08/trainingmethods11.gif

Images animées de Lili (doggiedrawings).


Première image animée :  on "module", en appuyant sur les fesses du chien. Outre le risque de faire mal au chien et qu'il se mette en opposition et force pour ne pas s'asseoir, en agissant sur le chien on l'empêche de réfléchir et par conséquent de comprendre plus rapidement et plus efficacement ce qu'on attend de lui. Je n'aime pas cette méthode et ne travaille pour ma part pas de cette façon, trop intrusive à mon sens.

 

Deuxième image animée : on leurre le chien avec une friandise en le guidant avec celle-ci afin qu'il adopte le comportement souhaité. Le leurre peut s'avérer utile et pratique, le chien n'est pas au maximum de sa réflexion puisqu'il suit simplement la friandise, mais nous n'avons au moins aucun impact physique sur lui. Le leurre est intéressant pour débuter un exercice, cependant, l'idéal est de vite cesser de leurrer le chien et de voir s'il propose la position qui a déjà été récompensée. Le risque, en gardant trop longtemps le leurre est d'avoir un chien qui répond à une demande uniquement si on le leurre justement, et qui ne réfléchit pas et n'associe donc pas la position souhaitée au don de la friandise. Ici le leurre n'est pas associé au clicker training, mais celui-ci peut-être utilisé pour plus de précision.

 

Troisième image animée : on capture (on récompense) un comportement proposé spontanément par le chien. Avec cette technique, le chien est amené à réfléchir pour trouver ce qui déclenchera le don de friandise, par conséquent il devient totalement acteur de son apprentissage et comprend réellement ce qui est attendu de lui. Il réfléchit et propose différente position dans le but d'avoir sa friandise. Une fois le comportement compris, celui-ci est beaucoup mieux ancré dans la mémoire du chien et a beaucoup moins de chance de se voir disparaître qu'en modulant et en forçant le chien à prendre une position désirée. Sur cette image la capture est associé au clicker pour plus de précision.

 

 

Normalement, bientôt une version française de ces petites images animées !

Repost 0
Published by pilopoil - dans Education Canine
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 16:48

Cet article vous est présenté par Pil'Poil, avec l'aimable autorisation de l'auteur : PowerUser. 


Que veut dire "méthodes positives et amicales" en éducation canine ? 

 

"Les méthodes positives et amicales, c'est quoi ? C'est récompenser le chien en lui donnant une friandise ? En le félicitant ?"

Non, pas que ! Cela ne se résume pas simplement à donner une friandise par-ci par-là ou à dire "C'est bien !" de temps en temps et de manière désaffectée...

C'est avant tout une façon d'envisager le chien et notre vie avec lui et ses congénères.

Les méthodes positives et amicales utilisent le renforcement positif (pas la punition positive ni le renforcement négatif. C'est à dire que l’on récompense et encourage les bons comportements afin que ceux-ci se reproduisent.

Utiliser les méthodes positives, c'est avoir une approche particulière mais surtout plus juste dans laquelle le chien est considéré comme un individu à part entière, doté de capacités, d'une intelligence (qui n'est plus à prouver), d'un tempérament, d'une sensibilité, d'un vécu qui sont tout à fait singuliers et lui sont propres. Le chien est respecté tant dans son intégrité physique que psychique et on lui reconnaît une réelle complexité sachant qu'il est un être social par excellence au même titre que nous.

Adopter cette approche positive et amicale du chien et de son éducation, c'est privilégier une connaissance du chien basée sur des faits et des observations de nature scientifique et non sur des suppositions et idées reçues dont certaines perdurent, sont totalement erronées (cf: le fameux mythe de la dominance et de la hiérarchie ou du "le chien EST un loup") et sont nocives pour le chien car ces idées reçues vont venir "justifier" et banaliser l'utilisation de méthodes coercitives !

L'approche positive et amicale est donc en partie basée sur le fait de savoir se remettre en cause (ce qui n'a jamais tué personne), de privilégier le relationnel, l'expression, de mettre à jour ses connaissances en matière d’éthologie canine et de donner de soi à son chien (pas seulement en lui accordant du temps, en lui faisant des papouilles mais en lui montrant que quand il fait bien, on le soutient et on est content ce qui se voit et/ou s'entend!). Elle permet, en outre, d'observer le chien, de le considérer dans sa globalité et de le laisser s'exprimer car celui-ci a une réelle capacité à communiquer avec ses congénères et les êtres qui l'entourent. Les chiens nous "parlent", apprenons à les écouter et à les comprendre (voir le sujet sur les signaux d'apaisement).

L'approche positive et amicale de l'éducation canine proscrit absolument toutes les méthodes employant l'intimidation, la menace ou la violence qui sont faites à l'égard du chien souvent de façon insidieuse car banalisée. Elles ne sont absolument pas justifiables de quelque façon que ce soit. Elle proscrit également l'utilisation de tout outil coercitif tel que les colliers étrangleurs, à pointes, électriques, etc...

Elle tient compte également du niveau de bien-être du chien et encourage à une socialisation précoce et continue tout au long de la vie du chien afin de maintenir un des besoins essentiel à tout être vivant en société, la socialité.

Il existe plusieurs méthodes positives et amicales qui ne s'excluent pas l'une l'autre généralement, on peut donc piocher dans chacune pour trouver ce qui va le mieux à son chien (on s'adapte au chien) et à soi dans l'application de la méthode.

Enfin, utiliser les méthodes positives et amicales, ce n'est pas céder à l'appel de la nouveauté ou de la mode car qu'il s'agisse du "clicker training" ou du "lure and reward training", ces méthodes sont utilisées depuis des décennies. Avoir une telle approche, c'est une façon de vivre, certains dirons même une philosophie, c'est en tous cas faire preuve d'un profond respect, de bon sens et d'empathie et ça, ça ne date pas d'aujourd'hui!

Auteur : PowerUser

 

Repost 0
Published by pilopoil - dans Education Canine
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 16:42

15 minutes de bonheur ! 

 

Repost 0
Published by pilopoil - dans Education Canine
commenter cet article